Vous êtes ici : AccueilRevendications & CommunicationsCommunicationsCommuniqués de presse

SANTÉ AU TRAVAIL, PRISM’EMPLOI REFUSE DE NÉGOCIER

MOBILISATION ET ACTION DANS LE QUARTIER DE LA GARE DE LYON A PARIS

18.03.15-action-proman-santeLe 18 mars 2015, à l'appel de l'Union Syndicale de l'Intérim CGT, des salariés permanents et intérimaires ont occupé l'agence de travail temporaire PROMAN, dans le quartier de la gare de Lyon à Paris, ainsi que les agences du secteur, MANPOWER, INTERACTION ET TRIANGLE, pour dénoncer la passivité du patronat de l'Intérim, PRISM'EMPLOI, dans la négociation « Santé et Sécurité au Travail ».

 

Cette négociation, engagée depuis le 28 février 2014, avec déjà 10 réunions n'aboutit toujours pas, les représentants du patronat bloquant toute issue positive d'accord.
Pendant ce temps, les conditions de travail et la dangerosité des missions s'aggravent, à tel point que le nombre d'accidents du travail frappant des milliers de travailleurs intérimaires explose. Le bilan n'est pas meilleur pour les salariés permanents. En surcharge de travail due aux sous effectifs, les salariés permanents souffrent aussi au travail et les cas de harcèlement et de burn-out se multiplient.
BILAN « SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL » ALARMANT DANS L'INTÉRIM EN 2013
Le bilan des accidents du travail dans la branche du travail temporaire est inquiétant pour 2013 :
34.848 accidents du travail pour 76.4848 salariés
67 salariés intérimaires décédés lors de missions

PRISM'EMPLOI refuse à ce jour de communiquer aux organisations syndicales les chiffres d'accidents du travail pour 2014, laissant supposer une aggravation importante des statistiques. Le manque de transparence du patronat sur ces sujets sensibles l'amène à dissimuler aussi les chiffres des maladies professionnelles. Cette attitude méprisante envers les salariés intérimaires et permanents montre à quel point le patronat du travail temporaire est prêt à tout pour augmenter toujours plus ses profits dans le seul but de satisfaire ses actionnaires. Bienveillantes, donc complices, les entreprises d'Intérim encouragent, en quelque sorte, les entreprises utilisatrices à déroger aux règles les plus élémentaires de sécurité au travail pour le personnel intérimaire et mettent, au final, la santé de ses salariés en danger.

FACE À UN TEL MÉPRIS, LA CGT MOBILISE
En 2013 et 2014, PRISM'EMPLOI a été contraint, par la mobilisation, d'ouvrir la négociation « Santé et sécurité au travail ». Mais le patronat « joue la montre ». Sa mauvaise volonté vise à couvrir le développement de la maltraitance qui se généralise dans les entreprises. Pendant ce temps les entreprise de travail temporaires comme leurs clients cherchent à réduire les coûts sociaux, quitte à mettre les travailleurs en danger, en s'appuyant sur un main d'œuvre mal ou peu formée et non protégée.
L'Union Syndicale de l'Intérim CGT appelle donc les salariés intérimaires et permanents à se mobiliser et à refuser de mettre leur santé et leur vie en danger, pour satisfaire les objectifs de rentabilité imposés par les patrons.

Communiqué de presse

Suivez-nous...

drapeaux cgt 01drapeaux cgt 02drapeaux cgt 03drapeaux cgt 04drapeaux cgt 05drapeaux cgt 06drapeaux cgt 07drapeaux cgt 08drapeaux cgt 09

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

elections manpower 2017

 

A touts le 11 m

lasociale

CIF petition

lm special 8

 

Interimaires Sante SIACI SAINT HONORE

special rungis

Publications

MZC 1

cgt nddl

SOLIDARITÉ VENEZUELA

venezuela face large

Real time web analytics, Heat map tracking

Total: 149