EN MARCHE OU CRÈVE

gilets jaunes repression.2

NE LAISSONS PAS LES FORCES DE POLICE AGIR DANS L'IMPUNITÉ

Depuis plusieurs semaines, nous sommes témoins d'un mouvement en lutte sans précédent. Partie intégrante d'une population qui subit les régressions sociales, le chômage et la précarité, de nombreux salarié.e.s intérimaires participent activement dans les blocages routiers et dans les manifestations.

La colère et les revendications de progrès social exprimées par une très grande majorité de gilets jaunes, de lycéens, de retraité.e.s et de travailleurs sont cependant matées dans le sang.

Les principaux médias, sauf quelques rares exceptions de journalistes courageux, ont passé sous silence les blessures graves commises par les forces de police sur les manifestants. Aujourd’hui, des victimes de cette répression aveugle et gratuite, sont hospitalisées. Certains dans un état grave. Mutations, visages défigurés, fractures multiples, crânes ouverts, contusions, parmi eux, des intérimaires. Arrestations arbitraires et comparutions immédiates, frappent également certain.e.s d'entre eux.

Dans les mouvements en cours, les intérimaires sont en première ligne. Ils et elles exigent justice sociale et respect. Ils et elles, ne se laisseront pas faire.

La CGT INTÉRIM condamne haut et fort les violences policières et leur impunité. Les démonstrations de force et d'intimidation, la répression des mouvements sociaux sont le marche-pied du fascisme.

La CGT INTÉRIM appelle les salarié.e.s intérimaires et les salarié.e.s. permanents, à s'organiser et à participer aux rassemblements et actions à Paris et partout en France à l'appel de la CGT. Nous ne nous laisserons pas faire.